Fifty-Fifty ou l’art de conjuguer mixité et performance

Photo des 3 fondatrices de Fifty-fifty

Partager ce contenu :

 

Mari GUYOT, directrice de production formats courts B to B à TF1 Production, Angélique TESSIER, responsable business développement à TF1 et Céline ROUX, productrice d’animation et de fictions internationales à TF1 Production, sont les fondatrices du premier réseau mixte du secteur audiovisuel français : Fifty-Fifty. Rencontre.

Pourquoi et comment vous est venu l’idée de créer le réseau Fifty-Fifty ?

Angélique : « De nombreuses études ont démontré une corrélation évidente entre  mixité et performance économique dans les entreprises. Ce lien ne fait plus débat. Dans le groupe TF1, il existe une mixité naturelle avec 50% de femmes et 50% d’hommes. En revanche, des disparités persistent en fonction des directions. Par exemple, la communication et les ressources humaines sont traditionnellement plus féminines, et inversement concernant les métiers techniques. Par ailleurs, un décrochage s’opère au niveau du comité management du groupe,  qui ne rassemble que 31% de collaboratrices.

Céline : « Partant de ce constat, un groupe mixte d’une quinzaine de collaborateurs a réfléchi aux moyens de promouvoir la mixité au sein de TF1. Nos conclusions et propositions ont été présentées à la Direction générale début 2015 et ont abouti à un plan d’action « Mixité et performance » déployé dès le  1er trimestre 2015. La création du réseau « Fifty-Fifty » est une des actions de ce plan.

Pourriez-vous décrire le réseau Fifty-Fifty en une phrase?

Mari : « Il s’agit d’un réseau mixte regroupant des hommes et des femmes, cadres ou non, ayant pour vocation de soutenir les développements personnels et professionnels de nos membres, tout en créant du lien entre eux . Nous sommes très honorées que Catherine Nayl, directrice générale adjointe information du groupe TF1, ait accepté de devenir la marraine de Fifty-Fifty »

Quelles sont vos principales actions ?

Céline :  « Nous souhaitons porter 3 types d’actions : des actions tournées vers l’extérieur, avec un partenariat noué avec PWN (Professional Women’s Network) des actions tournées vers l’entreprise avec les petits déjeuners organisés pour créer du lien entre nos membres ou la mise en place d’ateliers spécifiques « TF1 », et enfin des actions tournées « vers soi », avec l’accès à nos membres à des événements de développement personnel . »

Quelles sont les perspectives de développement du réseau Fifty-Fifty ? 

Angélique : « A ce jour, Fifty -Fifty regroupe 150 membres, 80% de femmes et 20% d’hommes. Sur le court terme, le réseau souhaite intégrer davantage d’hommes car nous considérons que la complémentarité homme / femme est précieuse et riche sur cette question. Le débat sur la mixité ne peut avancer de manière pertinente qu’avec cette complémentarité  ».

Mari : « En plus de cela, notre ambition est de développer des partenariats avec d’autres groupes ou organisations, à l’image du partenariat signé en décembre 2015 avec PWN afin de développer des initiatives communes autour de la mixité et renforcer l’implication des hommes sur cette thématique à tous les niveaux de l’entreprise. »